Une si courte vie d’Airedale…

Tara n'est plus...
Il m'a fallu de longs mois avant de parvenir à écrire cette simple phrase...
Les amis des chiens me comprendront, la perte d'un ami canin vous affecte profondément.
C'est en replongeant dans les photos de sa jeunesse, que l'idée de lui rendre un dernier hommage m'est apparue soudain comme impérieuse...

Une disparition précoce

Tara
Peut-être ma photo préférée, elle avait trois mois

Tara n'avait que huit ans, c'est encore jeune pour un Airedale qui peut prétendre à atteindre treize voir quatorze ans. Elle souffrait depuis un an de troubles neurologiques, attribués dans un premier temps à une Borréliose. Un traitement énergique de cortisone lui a permis de récupérer un peu et de vivre doucement jusqu'à ce dernier mois d'avril où son état s'est brusquement dégradé. Un scanner a révélé ce que l'on refusait d'imaginer, c'est à dire le pire, c'est à dire une tumeur cérébrale inaccessible, bien installée au cœur de son petit cerveau. Il n'y avait plus rien à faire, sinon abréger ses souffrances.
Peut-être a-t-elle senti notre panique, ou bien l'anesthésie, le stress de l'examen pratiqué loin de sa maison, de son jardin, de ses maîtres, l'a-t-elle épuisée? Le lendemain matin, elle n'arrivait plus à se déplacer, il a donc fallu envisager d'abréger son calvaire, puisque il nous est permis de soulager la fin de vie de nos amis canins. C'est bien d'ailleurs le seul privilège que nous pouvons leur envier.

empreinte canineNous n'oublierons jamais ce samedi 30 avril 2011, samedi triste entre tous, où elle s'est endormie doucement, et pour toujours, entourée de ses nigauds de bipèdes absolument effondrés et sous les caresses de "Tata", son assistante vétérinaire préférée, qui n'a pu, elle non plus, retenir ses larmes...

Une 1ère année comme dans un rêve

Arrivée dans notre famille en janvier 2003, en compagnie de sa sœur Tess, qui vivra non loin d'elle, Tara s'est très vite adaptée à son nouvel environnement. Elle a montré durant cette 1ère année un caractère indépendant mais souple. Le problème de hiérarchie avec sa sœur s'est très vite réglé au cours de quelques bagarres retentissantes mais sans gravité et Tess a très vite accepté l'autorité du "chef". Jamais Tara n'a mordillé autre chose que ses propres jouets, à l'exception de quelques arbustes au jardin. Jamais elle n'a provoqué de dégât. Les cours d'éducation canine se sont déroulés comme dans un rêve. Elle se montrait attentive, à l'écoute et plein de bonnes dispositions, enregistrant très vite: bref, elle avait tout du chiot modèle...

Quelques photos de cette première année

empreinte canine

Tara nous ne t'oublierons jamais!

  • Tu nous a profondément marqués, ton caractère et ton intelligence exceptionnelle ont complètement et définitivement transformé nos vies.
  • Il y avait la façon admirable avec laquelle tu t'adaptais à toute situation nouvelle, inattendue, sans stress, sans angoisse, sans bruit, avec beaucoup de calme et de retenue. Tu nous a accompagnés partout: tu as dormi en refuge, au milieu d'un dortoir où peu de gens se sont aperçus de ta présence. Durant un périple mémorable, tu as accompagné des ânes , méfiants au début, puis qui suivaient ton pas en fin de randonnée, s'étonnant même de te voir consommer, à leur côté, les herbes folles du chemin. Tu as parcouru les magasins où il t'était permis de pénétrer en restant sage et discrète.
  • Il y avait ta façon de juger et souvent de manipuler les humains. Il y avait ceux que tu ignorais royalement, ceux qui n'aiment pas les chiens. Il y avait les autres que tu charmais et que tu adoptais, quelques œillades, quelques minauderies et le tour était joué, tu recevais caresses, compliments et friandises. Tu savais te faire aimer de ceux-là. Tu laissais très rarement indifférent.

Dur retour à la réalité

Il a bien fallu se rendre à l'évidence, arrivée à l'âge adulte, Tara nous a montré son vrai visage: celui d'une chienne dominante, vraiment dominante. Pratiquement du jour au lendemain, elle n'a plus accepté la présence d'autres femelles, à l'exception de sa sœur. Même avec les mâles, les choses pouvaient se révéler compliquées. Si le chien montrait la moindre envie de parader, tout partait en vrille très vite.
Elle a également décidé de tester gentiment notre résistance. Si, à son grand regret, elle n'est jamais parvenue à contrôler ses bipèdes, il nous est devenu impossible de la promener sans longe en pleine nature, nous devenions beaucoup moins intéressants comparés au moindre lapin qui passait. Elle est pourtant restée extrêmement sociable avec les humains: nous pouvions l'emmener partout, elle s'adaptait merveilleusement à toute situation nouvelle et savait se faire accepter sans bruit.

Les plus belles années

empreinte canine

Tara nous ne t'oublierons jamais!

  • Tu n'as pas toujours été facile, loin de là, tu nous en a même parfois fait voir de toutes les couleurs, emportée par ton obsession et ta détermination de chasseresse implacable. Aucun grillage ne résistait à tes assauts, aucun chat, écureuil, merle ou encore musaraigne, sans parler des taupes ni des hérissons, ne trouvait grâce à tes yeux. De la même manière, la chasse occupant totalement ton esprit, il nous a toujours été impossible de te promener sans longe en pleine nature, contrairement aux Airedales qui t'ont précédée parmi nous.
  • Ton caractère dominant s'accommodait parfois très mal de la présence d'autres canidés: tu ne tolérais aucune femelle sur ton territoire, à l'exception de Tess ta sœur bien aimée, qui est triste et perdue aujourd'hui. Sans vouloir pratiquer l'anthropomorphisme et parler de "racisme", il faut bien dire que certaines races t'insupportaient totalement alors que tu craquais pour d'autres: il y avait ta détestation absolue des bergers allemands et autres malinois, il y avait ta passion dévorante des Rottweiler et les démonstrations bruyantes avec lesquelles tu les accueillais toujours. Il y avait tes bons copains, petits et grands, ceux que tu aimais rencontrer, sans que l'on comprenne pourquoi tu les appréciais tant, alors que d'autres ne pouvaient t'approcher sans risquer une sérieuse mise en garde.
  • Il y avait ton attitude admirable, protectrice et complice avec les jeunes enfants de la famille, là tu nous a bluffés. On (c'est à dire les obsédés anti-terriers de l'Amicale canine) nous avait prédit tant de vilaines choses à ton sujet, et principalement des sottises.

2009, la dernière année joyeuse...

empreinte canine

Tara nous ne t'oublierons jamais!

  • Il y avait l'habitude si étonnante que tu avais de répondre spontanément à toutes les sirènes et autres alarmes par un chant sonore et modulé qui ne passait pas inaperçu. Souvenir d'une sortie en voiture, d'un rond-point difficile à traverser et d'une voiture de police arrivant toute sirène hurlante, se frayant un chemin au travers des encombrements. Et bien tu a décidé toi aussi de participer à l'évènement en répondant à la sirène par des hurlements bien sentis. Succès garanti!
  • ballon
  • Il y avait ta façon de jouer avec nous à la balle, que tu nous déposait sur l'aspirateur, ou le panier à linge, ou le sac dont nous sortions les provisions, bref à l'endroit même où nos mains s'activaient. Ton jouet préféré, le ballon à corde dont tu venais à bout régulièrement, reste inanimé, abandonné, désormais.
  • Il y avait ta passion pour le jeu de cache-cache et ta façon irrésistible de tricher, ou d'essayer de tricher car nous voyions toujours clair dans ton jeu, malheureusement pour toi.
  • ballon
    Il y avait ta façon d'apprécier tout ce qui se mange, bien au-delà des conventions canines habituelles: ta passion pour le potimarron et les légumes en général, mais aussi la salade et même la roquette que tu ramassais à pleines gueulées, les fruits que tu aimais cueillir, framboises comme baies de cotoneaster, tes petites poires préférées dégustées au tomber de l'arbre en guise de dessert, les pommes dont tu faisais parfois une consommation déraisonnable, couchée sous l'arbre durant des heures. Seuls les merles se sont régalés des pommes au sol cette année...

2010, une année cauchemardesque ...

empreinte canine

Tara nous ne t'oublierons jamais!

  • Il y avait la façon si cocasse dont tu rouspétait lorsque, pressée de sortir, tu oubliais de tirer la cloche et que bien évidemment nous faisions mine de ne pas comprendre, et te gratifions d'un sonore "pas entendu la cloche" jusqu'à ce que tu attrapes enfin le cordon, tout en râlant dans ta barbe. La cloche est au repos désormais...
    Pour comprendre de quoi il retourne, voir l'aparté en fin de post!
  • Il y avait, il y avait tant de choses... qui nous manqueront à jamais...
    Puisses-tu avoir eu une vie agréable, une vie de chien riche et animée, une vie bien remplie, une vie entourée de l'affection et de la compréhension que tu méritais...
  • En dépit de ce caractère trop impétueux que nous n'avons pas toujours su maîtriser, nous étions émerveillés par ton intelligence, ta rapidité d'esprit, ta mémoire infaillible, ton humour irrésistible. Comment oublier?

Tara, Adieu ma belle...

Un aparté sur la Cloche:

Vous ne supportez plus de voir le bas de votre porte régulièrement décorée de jolies griffures et autres traces de pattes? Adoptez donc la cloche!
C'est facile, simple, et économique...
Il suffit d'accrocher près de la porte donnant sur le jardin, côté intérieur, une cloche et de prolonger la tirette, le cas échéant, par une corde de telle manière que votre chien puisse la saisir et faire retentir le son de cloche quand il voudra sortir. L'essayer, c'est l'adopter: nos Airedales avaient 3 mois lorsque l'on a mis en place ce système et elles ont mis deux heures à comprendre de quoi il retournait, tout en s'amusant énormément. Mais pas d'inquiétude, le moment de découverte passé, il n'y avait plus d'excès et même par moment quelques jérémiades et un peu de paresse à tirer sur la corde...

6 Commentaires à propos de “Une si courte vie d’Airedale…

  1. Coucou Tara, toi qui est au pays des anges, tu me boulverses avec l’histoire de ta vie.
    Moi, c’est Flash.
    Une vilaine maladie de la thyroïde m’a sérieusement handicapée à partir de mes 6 ans.
    Mes maîtres se sont dévoués pendant 2ans pour que je sois au mieux.
    Malheureusement, quand j’ai eu mes 8ans, j’ai dû leur dire adieu.
    Peut etre que nous pourrons faire ensemble nos petites bêtises au Paradis des airredale.

  2. Bel hommage !
    Idem pour ma SNOOP partie à 9 ans d’un AVC.
    C’EST SI COURT.ELE NOUS MANQUE TELLEMENT.
    NOUS AVONS PRIS UN FOX CELLE CI EST PLUS CALINE CAR SNOOP ETAIT UN PEU BRUTUS, COUP DE TETE POUR LES CALINS.
    JE SUIS TENTEE PAR UN AUTRE AIREDALE MAIS MEFIANTE DE DEUX FEMELLES TERRIERS ENSEMBLE.

  3. bonjour,
    a les airedales, ma belle anglaise est partie à 9ans ça fait 14 mois, maintenant j’en ai une autre mais elle me manque
    cordialment
    sylvie

  4. Comme je vous comprends. Mon précédent Airedale, Hercules, est mort 2 jours avant ses 15 ans. Et une semaine avant, il franchissait le portail haut de 2 mètres, pour aller rendre les honneurs à une femelle Berge Américain. Chacun de mes Airedales a toujours vécu avec une femelle Terrier Noir Russe, qui sait les calmer. Chaque Airedale est différent. Leur seul point commun, c’est d’envahir votre coeur de fond en comble, n’y laissant aucun espace, aucun millimètre de place. Quand on aime un Airedale, il vous le rend au centuple. Aimer un Airedale, ce n’est pas aimer un chien. C’est aimer tout court. Pour guérir de la disparition d’un Airedale, il n’y a rien à faire. Sauf pleurer ou donner sa chance à un autre Airedale. Ce qu’il saura faire aisément.

  5. Je comprend votre émotion.Nous avons perdu notre Aramis(airedale mâle) à l’age de 7 ans et c’est trés dur sans lui.Nous avons repris une femelle 2 mois mais ne pouvons pas l’oublier.
    Formidable hommage que vous lui rendez.

    Cordialement.
    Laurent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Site web